Sans spoiler bien entendu

Quand vous arriverez à l’épisode 6 de Bloodline, vous vous rendrez compte que vous n’avez pas patienté pour rien. Le début de cette saison de Netflix peut sembler laborieux, sans aucun cliffhanger, chaque épisode se termine sur une note qui promet un dénouement terrible.

Nous sommes donc dans les Keys. Key West comme on le dirait d’après la géographie, mais la famille Rayburn qui y habite depuis toujours ne l’appellerait jamais autrement que les Keys, avec cet accent traînant du sud. Danny est de retour. Le mouton noir, le rolling stone qu’on préfère voir le plus loin possible de la famille. Le clan Rayburn possède ce joli hôtel dans les Keys. Le père a un ponton à son nom, la mère s’occupe de tout pour oublier, le frère est détective, l’autre en divorce, et la fille avocate trompe son mari. On oublie une sœur décédée, mais chut… on ne voudrait pas trahir l’intrigue trop vite.

Pour les 50 ans de mariage des parents, on organise une soirée, et Danny revient. Le problème c’est que Danny a envie de rester. Il a plus de 40 ans, on sent le fils rebelle qui a envoyé sa famille se faire foutre (ou la famille l’a envoyé se faire foutre). Sauf que le temps passe, et qu’on ne peut pas être rebelle sans cause toute sa vie. On vieillit, et quand on aspire à se faire un trou dans l’hôtel familial, ce sont des petits riens qui ressurgissent petit à petit.

vlcsnap-2015-09-26-00h06m51s220

Ils n’ont l’air de rien au début. Mais au moment où vous aurez atteint l’épisode 6, vous saurez qu’il n’est pas bon de remuer le passé. Vous vous en rendrez compte sans vraiment le savoir parce que l’épisode 6 est le mieux filmé, qui vous retranscrit à l’écran un taux d’alcoolémie et d’ébriété tellement fort que vous serez bluffé, sur votre canapé, à quel point vous avez vous même l’impression d’être sous influence. Et pourtant tout parait si normal.

Quand vous serez arrivé à l’épisode 6, des révélations vont arriver, pendant que les autres personnages essaient d’enterrer le passé. Vous aurez aussi le droit à une magnifique gueule de bois, qui vous fera vous rendre compte qu’on est à un moment charnière. Émouvant. On a l’impression de connaitre enfin ce clan Rayburn trop parfait pour être honnête. Trop honnête pour être indemne. Et tout parait toujours si normal. Vous vous rendrez compte qu’avec six épisodes, vous avez percé à jour la plupart les personnages, et que le pire est encore à découvrir.

Vous aurez compris que Bloodline n’est pas qu’une question de sang qui se transmet sous les palmiers paradisiaques des Keys, mais qui se déverse, sur le sable, et que la marée emporte, d’épisode en épisode.

CTCQJ-approved

Ps : et avec quelques rhums, tequilas ou autre bières dans le ventre, la marée n’en sera que plus douce.

About the author

Cinévore reconverti dans les séries. J'adore parler de mes relations fusionnelles avec les films et séries qui ont su me séduire ! Spécialité : Séries

Related Posts

Facebook Comments

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may also like

The Get Down : n’importe nawak musical

The Get Down, c’est la partie rythmique des