C’est dans le hasard le plus total –alors que cela n’aurait pas dû l’être, je vous expliquerai plus tard pourquoi- que j’ai récemment découvert un groupe que j’ai directement pu placer dans mon « top 3 » des trios des années 2000, et que, depuis cette date, le CD tourne en boucle dans mon lecteur.

Bonjour à toutes et à tous !

En réalité, je mens un peu. J’ai d’abord écouté le CD en boucle sur grooveshark, avant d’avoir la joie de me le faire offrir pour mon anniversaire il y a une semaine environ. Mais ça ne change pas grand-chose, hein ?! Quoi qu’il en soit : A Place To Bury Strangers a été fondé en 2004 à New-York, et je ne vais pas davantage m’étendre sur leur biographie puisque le sujet dont je voudrai vous parler aujourd’hui n’est non pas le groupe en lui-même, mais leur dernier album, sorti en 2012, intitulé Worship.

http://i0.wp.com/cdn2.thelineofbestfit.com/media/2012/06/a-place-to-bury-strangers-worship.jpg?resize=210%2C210

A la base fan de rock alternatif, une bonne partie de moi est aussi passionnée et fascinée par les sons tordus du rock indé, rock psyché, shoegaze, et des groupes qui manient avec brio tous ces styles à la fois. Ainsi, je ne saurai cacher bien longtemps mon admiration pour Anton Newcombe* (The Brian Jonestown Massacre), Jim Reid (The Jesus & Mary Chain), Courtney Taylor-Taylor (The Dandy Warhols) et ce qui m’a sauté aux yeux (enfin, plutôt aux oreilles) lorsque j’ai entendu pour la toute première fois des notes de A Place To Bury Strangers, c’est la similitude avec ces trois groupes.

Dans la majorité des cas, les « copies » ou les sonorités tellement influencées que le groupe n’en dégage aucune nouvelle identité, ne présentent à mes yeux aucun intérêt en soi : je ne dis pas que ce n’est pas bien (sinon je ne serai jamais allée voir Airbourne en concert…), mais je préfère me tourner vers du « nouveau ». Sinon on écoute et on se lasse, préférant généralement « l’original » car après tout, c’est lui qui a fait tout le boulot (bonjour le cliché). Mais là, de toute façon, non. Si à la seconde où j’ai entendu le morceau Leaving Tomorrow des noms de groupes que j’affectionne tout particulièrement me sont venus en tête, je ne suis toujours pas lassée malgré mes nombreuses écoutes de ce titre chaque jour. Et je ne pense pas que malgré l’inspiration évidente, ils aient tenté de « copier ». La preuve en est que l’album tout entier est bien mené et que de simples « copieurs » n’auraient pas réussi à nous pondre un truc pareil.

D’ailleurs, en cherchant un peu plus en détail, j’ai constaté ne pas être la seule à trouver de telles ressemblances auditives. Ainsi sur le wikipedia anglais peut-on lire les noms des groupes que j’ai cités ci-dessus (ces petits veinards ont par ailleurs déjà joué avec les J&MC).

Une basse lourde, une guitare saturée bourrée d’effets et avec un son bien dégueu –pardon pour la grossièreté, mais il faut être honnête, c’est de toute façon ça qui fait le charme de ce son-, une batterie droite rythmée et un chant aiguë plein d’écho… voilà LA recette miracle pour ce groupe qui succède dignement, du moins je le pense, à ses ainés.

Chaque titre nous transporte dans un univers où notre tête ne peut s’empêcher de se balancer en suivant le rythme. Un casque sur les oreilles et le son monté à fond : c’est encore mieux. Bon dieu, pourquoi ne les ai-je pas connu avant, eux qui ont joué à côté de chez moi il y a à peine quelques mois ?! Prochaine date en Gironde, c’est sûr : je ne les manquerai pas ! Et je vous conseille de faire de même, en suivant de près leur calendrier sur leur tumblr ou leur facebook.

Bref, pour en revenir à l’album Worship, j’appose une énorme mention à plusieurs titres qu’il vous faut absolument écouter si vous êtes mordus de ce type de sons : You Are The One et son riff répétitif ultra entraînant avec des basses géniales, Why I Can’t Cry Anymore pour la surcouche grave de la voix, la rapidité et l’efficacité de ce morceau avec un pré-refrain et un refrain qui tournent en boucle une fois qu’on les a entendus, Fear pour le côté BJM/TDW/Black Angels prononcé dans les effets après l’intro, And I’m Up pour la similitude avec les Jesus & Mary Chain grâce à la voix du chanteur, et bien évidemment, Leaving Tomorrow (voir à la fin de l’article pour l’écouter), parce que j’ai pioché le bon numéro dès le premier tirage… c’est le premier morceau que j’ai écouté, mais ça reste également mon préféré de l’album tant sa rythmique est entraînante, la voix est envoûtante, l’ensemble bien ficelé : écoutez les chœurs, les effets, la puissance globale du morceau, et imaginez ça en live… ça promet !

Et comme je suis sympa et que je voudrai clôturer cet article en beauté, pourquoi finalement ne pas écouter ce titre… ? 😉

[youtube_sc url= »http://www.youtube.com/watch?v=ZmIAgTRVEog& »]

A très bientôt,

Musicalement vôtre.

Alice.

*hiiiii, en plus il a un blog http://psychicgrafitti.blogspot.de/ (oui, le petit monstre vert a fait une erreur en m’enrôlant dans sa team, sale groupie féminine que je suis… 😉 )

About the author

Spécialité: musique rock.

Related Posts

Facebook Comments

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may also like

Everest (des Girls In Hawaii)

Note aux lecteurs : J’aurai voulu intituler cet