La pochette du deuxième album de l’un des plus importants groupes américains des années 90 représente un bélier (ou une chèvre!), le museau pris dans un grillage et qui essaie de s’en libérer. Cette photo peut paraître symbolique de ce que le groupe traversait en 1993, d’autant plus que le bassiste Jeff Ament avait affirmé: « nous nous sentions tous comme cette chèvre! ». En effet, le premier album (et chef-d’œuvre) de Pearl Jam, Ten (1991) a cartonné dans le monde entier, notamment aux États-Unis où il a terminé sa course à la deuxième place dans les charts américains pendant plusieurs semaines à l’automne 1992. C’est également à cette époque que la bande à Eddie Vedder va commencer à faire preuve d’une intégrité impitoyable, refusant de tourner les traditionnels vidéos-clips et en réduisant les interviews au strict minimum mais tournant sans relâche en délivrant des concerts débordant d’intensité. Aussi le groupe va se retrouver dans une position délicate lorsqu’il rentrera en studio pour accoucher du successeur de Ten et ce alors que des tensions internes vont apparaître entre les membres.

[youtube_sc url= »http://youtu.be/Ka12hnyeo9Y »]

Pourtant Pearl Jam passera le cap du « toujours difficile second album » avec succès et panache, faisant même de Vs, un album nettement plus diversifié que ne l’était Ten. Sans doute la production de Brendan O’Brien y’est-elle pour quelque chose. En fait, on pourrait dire que Vs servira de modèle musical pour la suite discographique et artistique dans laquelle le groupe s’engouffrera. Originellement intitulé « Five Against One » (expression que l’on entend dans la chanson Animal même si Eddie Vedder la marmonne!), le groupe déploie sa redoutable efficacité dans de brefs morceaux rapides et agressifs tels les furieux Go ou Leash comme si le groupe tentait de canaliser la forte attente autour d’eux. Mais il fait également preuve d’une introspection et d’une compassion insoupçonnées sur Daughter et même de tendresse nostalgique sur Elderly Woman Behind the Counter in a Small Town qui sont des chansons à la tonalité acoustique, genre dont l’absence se faisait quelque peu sentir sur leur premier album. L’expérimentation est également de la partie sur W.M.A. et le groupe parvient à tirer son épingle du jeu pratiquement à chaque entrée et sortie de chansons.

[youtube_sc url= »https://www.youtube.com/watch?v=RIJwXgNdWbI »]

En somme, Vs est un condensé des différentes directions musicales que le groupe explorera sur ses albums à venir. Le public répondra présent puisque la semaine de son entrée à la première place du hit-parade américain en novembre 1993, environ un million d’exemplaires seront vendus, ce qui n’empêchera pas le groupe de rester inflexible à son intégrité et identité artistique: pas de singles, pas de vidéos et surtout un bras de fer musclé avec Ticketmaster, agence de mise en vente de billets de concerts. En effet, le groupe va lui intenter un procès qu’il va perdre pour cause de tarifs trop élevés (une cause toujours d’actualité 20 ans plus tard!). Mais le groupe survivra à cela et renforcera son tempérament intouchable et sur scène et sur disque.

About the author

Musicophage invétéré vivant au rythme de riffs grisants et autres lignes de basses cataclysmiques. Spécialité: musique rock.

Related Posts

Facebook Comments

3 Comments

  1. Force est de constater qu’il s’agit là d’un excellent album. Il me semble qu’il s’agit d’une plongée dans l’ambiance de pearl jam toute à fait fascinante après l’ouverture réalisée par « Ten », que je préfère néanmoins. Je réaliserai un parallèle (musical, homothétique non isométrique avec un rapport k<1 https://en.wikipedia.org/wiki/Lipschitz_continuity ) avec les deux premiers albums de The Doors, remarquables eux aussi de ce point de vue là.
    Comme le remarque si pertinemment xavier la suite de la carrière de pearl jam fut… chaotique, et pas vraiment à la hauteur attendue je trouve et c'est bien malheureux.


    Rory

    1. Bonsoir cher Rory,

      Ahah, je ne pourrais confirmer la validité mathématique de ton message mais je ne suis pas franchement d’accord sur ton avis post-Vs de la carrière de Pearl Jam. J’aime aussi beaucoup le fondateur Ten mais le groupe a su se diversifier avec le temps et proposer de très bons albums. Il suffit de regarder le dernier pour voir que les gars de Seattle savent jouer avec une justesse et une maturité qu’ils n’avaient pas forcement à leurs débuts. Sur l’ensemble de leur carrière, Yield est l’équilibre le plus juste entre les deux facettes de leur musique je trouve.

  2. Bonjour Rory. C’est très bien vu pour le lien avec les Doors car on a beaucoup comparé Eddie Vedder à Jim Morrison et le groupe l’a souvent revendiqué comme l’une de leurs principales sources d’influence.

    Sinon, Vs est l’album préféré du guitariste Stone Gossard et à cette époque, le groupe supportait très mal d’être sous les feux de la rampe. C’est pourquoi, ils adopteront une ligne de conduite plus discrète et plus saine par la suite. D’autre part, même si leurs efforts suivants n’atteignent pas les sommets de leurs premiers albums (mais aucun artiste quel qu’il soit ne peut maintenir un niveau de créativité aussi élevé pendant longtemps), la plupart tiennent largement la route et sont d’un acabit plus que respectable. Et en concert……;)

    NB: je vous recommande vivement le DVD de Cameron Crowe: Pearl Jam 20 et le livre qui va avec. Ils sont impressionnants de sérieux et de richesse. Résultat: j’en suis ressorti plus fan que jamais! 😉

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may also like

Back From Rio (de Roger McGuinn)

Comme l’a écrit Philippe Manoeuvre dans le deuxième