« Les Beatles Australiens ». Voici comment était surnommé cet excellent groupe dont le leader Neil Finn (guitare, chant) et le batteur Paul Hester avaient fait partie du groupe Split Enz fondé par le frère de Neil, Tim Finn et qui eut un bref succès mondial avec le tube I Got You. Après sa dissolution au milieu des années 80, Neil Finn émigra pour Los Angeles et fonda son propre groupe, Crowded House avec le recrutement du bassiste Nick Seymour également responsable des pochettes des albums du groupe. Ce trio charmant et loufoque sortit son premier disque en 1986 et grâce à un bouche à oreille efficace recéla deux immenses tubes, principalement aux Etats-Unis: Don’t Dream It’s Over (n°2, USA) et Something So Strong (n°7, USA). Fort de ce succès, la maison de disques, Capitol Records s’attendait bien évidemment à une récidive en matière de ventes. Hélas! Il n’en fut rien. Publié à l’été 1988, Temple of Low Men fut un four dans de nombreux pays, même aux Etats-Unis où il n’atteignit que le numéro 40 des ventes d’albums tandis que le single Better Be Home Soon stagna au numéro 42 dans les classements des singles.

[youtube_sc url= »https://www.youtube.com/watch?v=AQOlwMKpmvQ& »]

Et pourtant en termes de qualité musicale, il n’y a absolument rien à jeter dans ce disque qui vient contredire l’expression toute faite de « toujours difficile second album ». Certes, il n’y a pas de titres potentiellement tubesques comme dans leur premier opus et Neil Finn a fait adopter à son écriture une tonalité plus sombre et nettement plus mélancolique mais il n’a pas perdu une once de son talent d’orfèvre de compositeur. Une chose est évidente à l’écoute de ce petit chef-d’œuvre: il a franchi un pas décisif dans son écriture et présente des titres plus aboutis et réflexifs. I Feel Possessed et When You Come pour ne citer qu’eux brillent de mille feux et sont servis par la production impeccable et précise de Mitchell Froom (Richard Thompson légendaire chanteur guitariste qui fait une apparition dans la chanson Sister Madly, Suzanne Vega, Los Lobos). Quant à Into Temptation avec sa mélodie berçante et ses arrangements poignants, Elvis Costello en personne lui a donné sa bénédiction et affirme qu’il aurait voulu l’avoir écrite.

[youtube_sc url= » https://www.youtube.com/watch?v=j8U1gC2JilQ& »]

Quand on pense que Temple of Low Men a failli s’intituler « Mediocre Follow-Up », on se dit que le groupe a rudement bien fait de mettre de côté ce titre dépréciatif et en porte-à-faux avec les dons d’écriture de Neil Finn dont Paul McCartney et Roger McGuinn des Byrds, qui accompagnera le groupe au cours de la tournée de cet album ont chanté les louanges. Même si le titre comprend l’épithète « Low », Il témoigne de la capacité du groupe à faire preuve d’humour en toutes circonstances. Rien que pour cette combinaison d’humour, de mélancolie et de mélodie, Crowded House a largement sa place au panthéon du rock et cet album en est une preuve on ne peut plus convaincante!

About the author

Musicophage invétéré vivant au rythme de riffs grisants et autres lignes de basses cataclysmiques. Spécialité: musique rock.

Related Posts

Facebook Comments

3 Comments

  1. « Les beatles australiens » ??
    Si j’en juge aux deux extraits proposés dans cette article (très bien écrit au demeurant) on a plutôt affaire à de la soupe pop vaguement mélodique, même pas digne de elvis costello qui n’est déjà pas pourtant particulièrement musicalement recommandable.
    Je ne sais pas ce que ce cher xavierem en pense mais je préfère largement le rock australien de Midnight oil. Rien ne sera néanmoins aussi australiennement mauvais que INXS, autant mauvais que Simon Baker est beau.
    Que d’australiens dans cette histoire.


    Rory

  2. Bonjour Rory. Tout d’abord, leur surnom de « Beatles Australiens » est surtout justifié avec l’album suivant Woodface (1991) où le groupe privilégie les harmonies vocales et Neil Finn a toujours déclaré que les Beatles avaient été l’une de ses sources d’inspiration comme pratiquement tout le monde dans le musique. 😉 Quant à Elvis Costello, il y a plusieurs années, il avait établi une liste de 500 albums majeurs du rock et Temple of Low Men y figurait. De plus, la ballade Into Temptation me fait penser à I Want You sur Blood & Chocolate (1986).

    Même si tu n’apprécies pas Elvis Costello, force est de constater qu’il a durablement marqué le rock de son empreinte musicale avec une capacité à s’approprier à sa manière de nombreux styles.

    Et pareil: j’aime beaucoup Midnight Oil que je préfère à INXS (même si j’apprécie aussi ces derniers). Dans les années 80, l’Australie a été un terreau fertile pour le rock avec d’autres groupes cultes comme les Go-Betweens, les Hoodoo Gurus ou Died Pretty et bien sûr Nick Cave aussi convaincant sur disque que sur scène. 😉

    En espérant t’avoir répondu avec tact. 😉

  3. Pingback: Woodface (de Crowded House) - CTCQJ

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may also like

Back From Rio (de Roger McGuinn)

Comme l’a écrit Philippe Manoeuvre dans le deuxième