Super lourd ?

SuperHeavy est un peu le groupe à la mode depuis l’annonce de son existence en mai dernier. Le pari de réunir des personnes au style musical assez différent est la principale attraction de cette formation composée de Dave Stewart (Eurythmics), Damian Marley (le fils de Bob), Joss Stone (chanteuse pop), AR Rahman (bande son de Slumdog Millionaire) et le légendaire Mick Jagger.

Autant le dire directement, cette album n’est pas une perle et sent trop le commercial pour rester dans la mémoire des vrais fans de musique. Ce n’est pas la première expérience de Mick Jagger hors des Rolling Stones mais il n’a visiblement pas tiré leçon de ses déconvenues même si tout n’est pas noir cette fois ci. A vouloir se la jouer branché, nous sommes forcés de constater que ce n’est pas son style ce qui nous amène au second problème de cet album. Ce mélange de musiciens de différents bords donne une musique qui ne trouve jamais son point d’équilibre pour un résultat brouillon et très inégal. Difficile de dire quel est le meilleur morceau de la galette, les moments forts se cachant un peu de partout sans pouvoir nous garder en haleine durant toute une piste la plupart du temps… Elles s’avèrent en plus trop souvent interminables (au moins 4 minutes) !

Le mélange des genres donne un résultat somme toute sympa sur Unbielevable, Miracle Worker ou Satyameva Jayathe mais c’est insuffisant pour remplir un album ! Le reste s’égare trop souvent dans une sorte de pop aux sons surmixés en essayant de nous balancer quelques mélodies reggae, world ou électro pour nous convaincre que c’est original.

Coté casting vocal on a une Joss Stone à mon gout trop standardisée avec une voix qui ressemble à beaucoup d’autres mais sa performance est bonne tout au long de l’album. Damian Marley subit irréversiblement la comparaison avec son père, on a l’impression qu’il fait la même chose sur les douze pistes c’est à dire aligner des phrases sur un ton qui casse trop rapidement les oreilles. Enfin, Mick Jagger en fait trop puisqu’il passe son temps à gueuler… Ce qui passe bien sur I Can’t Take It No More par exemple, un morceau bien rock où le leader des Stones est dans son élément. Mais cela pose problème sur des titres qui se veulent plus posés comme One Day One Night qui se trouve être la piste la plus dégueulasse de l’album et Jagger y est incroyablement mauvais.

C’est donc une impression mitigée qui ressort de l’écoute de ce nouveau « supergroupe ». Il y a du très mauvais et du meilleur, cela à cause d’une ligne musicale introuvable qui pousse inévitablement à penser que c’est uniquement dans le but du faire un sacré paquet de fric. Musique moderne ne signifie pas forcément musique commerciale mais SuperHeavy baigne malheureusement trop dans le cliché.

About the author

Fondateur de CTCQJ un poil cinéphile mais aussi rockeur du dimanche, historien déchu, astronome nul en maths et amateur de foot croate. Spécialité: cinéma.

Related Posts

Facebook Comments

1 Comment

  1. Pingback: Retour sur une année de blog | CTCQJ !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may also like

Plus de sens (critique)

Depuis sa création en janvier 2011, ce blog