Les trois autres compagnons de route de Ringo Starr des années 60, John Lennon, Paul McCartney et George Harrison ont publié plusieurs album solos réussis dont certains sont passés à la postérité comme Imagine (1971) ou All Things Must Pass (1970). Or, et on l’oublie fréquemment, l’ex batteur des Beatles a également publié une fournée d’albums solo plus que convaincants dont certains ont rencontré un vif succès comme Ringo en 1973 et ses tubes Photograph, You’re Sixteen ou le disque Goodnight Vienna en 1974. Par la suite, sa carrière connaîtra une pente descendante artistique, en particulier pendant les années 80 où il sera, de plus rongé par l’alcoolisme. Mais en 1989, ayant réussi à surmonter cette épreuve, il montera une tournée intitulée The All Starr Band où il interprétera ses succès solo et bien sûr des classiques de son ancien groupe. Ce regain de popularité inespéré le poussera à reprendre le chemin des studios pour enregistrer son meilleur album depuis Ringo.

[youtube_sc url= »http://www.youtube.com/watch?v=mCaZLfxO7Xk& »]

Avec une kyrielle d’invités dont Brian Wilson, Tom Petty ou Harry Nilsson et la complicité de son collaborateur musical Mark Hudson, Ringo Starr a publié un album tout simplement jubilatoire, aux mélodies revigorantes comme Weight Of The World, In A Heartbeat ou carrément entraînantes comme Runaways. On est frappé de constater à quel point les chansons se suivent et se répondent entre elles. Même si Ringo a souvent avoué qu’il était un piètre chanteur, sa voix de casserole passe comme une lettre à la Poste. De plus, parmi les producteurs, on reconnait la touche de Jeff Lynne sur les harmonies vocales et les effets de réverbérations qui servent les mélodies au lieu de les alourdir comme sur l’album de Tom Petty, Into The Great Wide Open (1991) (un album plus que correct soit dit en passant).

[youtube_sc url= »http://www.youtube.com/watch?v=CONdOuNIv80& »]

Au final, cet album constitue un brillant retour de l’ex batteur des Beatles et une porte d’entrée tout à fait satisfaisante dans sa discographie. Mais malheureusement pour lui, cet album ne rencontrera pas les faveurs du public, trop occupé à s’abreuver de la philosophie du grunge en cette année 1992.

About the author

Musicophage invétéré vivant au rythme de riffs grisants et autres lignes de basses cataclysmiques. Spécialité: musique rock.

Related Posts

Facebook Comments

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may also like

Back From Rio (de Roger McGuinn)

Comme l’a écrit Philippe Manoeuvre dans le deuxième