Un peu de culture musical avec ce retour sur un des albums m’ayant les plus marqués. R.E.M. est un formidable groupe aux facettes multiples usant de styles aussi improbables que maitrisés avec grande classe. En 1998, le groupe signe le plus contrat de l’histoire du rock (à ce moment là) mais perd de sa notoriété envers le grand public resté coincé sur Out Of Time et Automatic For The People. Up marque le début de la dernière période de R.E.M. qui doit retrouver ses marques avec le départ de son batteur toujours dans un but d’innovation. A ce niveau là, on ne sera pas déçu car l’électronique se mêle à la fête.

Up marque un énorme tournant dans la carrière de R.E.M., le batteur Bill Berry a des pépins physiques depuis la dernière tournée Monster et veut tourner la page. Il assure qu’il reviendra sur sa décision si le groupe tend à se séparer. Le traumatisme remet la formation en question puisque Berry a beaucoup participé au processus d’écriture de nombreux morceaux (comme l’ultra populaire Everybody Hurts) et c’est également un membre fondateur avec le bassiste Mike Mills. Les enregistrements vont tarder à se mettre en place, on ne sait plus trop quoi faire et comment le faire. Celui induit un changement de producteur et une nouvelle direction vers des sons électroniques qui n’ont pas plu à tout le monde. Considéré par certains comme un album ennuyeux et trop poussif, je fais partie des fans invétérés de Up même si il a fallu un peu de temps avant d’en arriver là. Ce n’est pas le genre de CD que l’on va comprendre et aimer du premier coup mais plutôt au fur et à mesure des écoutes. Le chanteur Michael Stipe signe ici son meilleur album au niveau de la justesse de sa voix mais aussi de ses paroles torturées et mélancoliques.

Exit le rock de New Adventures In Hi Fi, les guitares braillantes de Monster pour cette nouvelle remise à plat comme R.E.M. aime le faire très régulièrement. Un fan américain parle d’ailleurs de la théorie des cycles par 5 albums qui s’avère étonnamment juste et même prémonitoire car Collapse Into Now était la fin (ultime) du dernier cycle.

La fameuse théorie

La cassure avec le reste de la discographie est immédiate car Airportman propose limite une expérience musicale à la Jean Michel Jarre. Up démarre vraiment après cette curiosité, il faut l’avouer loin d’être excellente.

Lotus est le premier single de l’album et figure comme la vrai transition avec le nouveau son que propose R.E.M. à ce moment là. A l’image du clip, c’est un titre totalement étrange, quasiment dénué de sens au niveau des paroles et accompagné par une ambiance de fond très spéciale. Le trip continue entre légèreté (Suspicious, You’re in the Air), neutralité (Sad Professor) et/ou une sorte de profondeur grave qui prend au tripes. Ce sont ces dernières chansons qui imposent les bases de Up et son atmosphère presque dérangeante (The Apologist, Parakeet). Diminished et Falls To Clim closent l’album avec une touche lyrique par les envolées vocales de Stipe absolument géniales.

Enfin, Up c’est aussi quelques hits autres que Lotus. Daysleeper et l’une des plus belles du groupe dans le genre, elle se situe dans le pur style R.E.M. en parlant de ces personnes qui vivent la nuit et dorment le jour ayant ainsi un rythme complétement différent des autres. Walk Unafraid est le morceau rock de la galette avec ses riffs désordonnés et son feedback récurrents en background mais qui dévoile toute sa puissance en live.

About the author

Fondateur de CTCQJ un poil cinéphile mais aussi rockeur du dimanche, historien déchu, astronome nul en maths et amateur de foot croate. Spécialité: cinéma.

Related Posts

Facebook Comments

5 Comments

  1. R.E.M. c’était surtout pour moi Losing my Religion et Orange Crush, et c’était un groupe que je ne connaissais que seulement de nom et par ces deux titres. Très bon article qui m’en a fait découvrir un peu plus (:

    1. Étonnamment R.E.M. n’a jamais vraiment eu de succès en France (hormis début 90) et je trouve bien dommage que nos radios diffusent inlassablement les mêmes morceaux. Sur 15 albums il y en a bien quelques uns qui mériteraient une plus large audience ! C’est de toute façon le cas pour de nombreux autres groupes mais au final, quoi de mieux que de fouiller soi même ? :)

      En tout cas, content de savoir que ce poste t’ai intéressé :) 😉

  2. Pingback: Retour sur… Songs About Jane (de Maroon 5) | CTCQJ !

  3. Pingback: Retour sur… Automatic For The People (de R.E.M.) | CTCQJ !

  4. Pingback: Retour sur… Automatic For The People (de R.E.M.) | CTCQJ | Chroniques délectables

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may also like

Plus de sens (critique)

Depuis sa création en janvier 2011, ce blog