En 1987, deux groupes australiens ont fini par mondialement s’imposer dans la cour des grands: Midnight Oil et INXS. Ce qui est frappant est la trajectoire similaire qu’ont connu ces poids lourds du rock. Tous les deux ont galéré pendant de nombreuses années avant de connaître gloire et fortune. Tous les deux ont connu la consécration en même temps. Tous les deux ont eu le plus grand mal à maintenir leur popularité dans les années 90. Tous les deux ont fini par lever le rideau dans une indifférence quasi-générale consécutive à une baisse constante de leur renommée commerciale et créative même si la fin d’INXS fut autrement plus tragique que celle de Midnight Oil avec le suicide de son chanteur tourmenté Michael Hutchence en novembre 1997.

Mais dix ans avant ce fatal coup du sort, INXS occupait une place de choix dans le cœur de beaucoup d’amateurs de musique. L’un des mérites de ce groupe fondé par les frères Fariss fût d’avoir rameuté des fans de divers goûts musicaux: fans de rock purs et durs, amateurs de chansons du top 50 ou accros aux radios. En ce sens, le sextuor australien a « frappé » un grand coup avec ce Kick qui les a temporairement fait comparer aux Rolling Stones, notamment de par le jeu de scène félin d’Hutchence. Quoi qu’il en soit, Kick représente l’apothéose de leur carrière et l’aboutissement du style musical d’INXS après des années d’efforts et de maturation. C’est également un album au son très « eighties », la production de Chris Thomas (Sex Pistols, Pretenders) étant fermement ancrée dans les tendances sonores de l’époque. Le réalisateur Richard Kelly aura la bonne idée d’inclure la chanson Never Tear Us Apart dans son chef-d’œuvre Donnie Darko (2001), un film, lui aussi très représentatif de la société américaine en 1988. Ici, le mélange astucieux de rock, pop avec une touche de funk et un soupçon de soul est savamment rehaussé par le travail de Thomas qui accumule les effets sonores et dose les mix entre les différents instruments pour aboutir à un résultat bodybuildé. L’expression selon laquelle un album ressemble à un best of est dans le cas de Kick tout à fait justifié. On a affaire à une imparable machine à tubes qui cartonneront sur les ondes du monde entier tels Devil Inside (n°2, USA), New Sensation (n°3, USA) et surtout Need You Tonight (n°1, USA). A la réecoute aujourd’hui, l’album sonne un peu daté en raison de ses effets quelque peu passés de mode aujourd’hui mais s’avère toujours aussi diablement entraînant.

Une tournée mondiale triomphale viendra asseoir la crédibilité de la bande à Hutchence auprès des autorités du rock mais contrairement à U2 ou Depeche Mode, le groupe devra rendre son titre de « plus grand groupe du monde » au cours de la décennie suivante. Enfin, dans les années 2000, le groupe se reformera avec un nouveau chanteur pour un album et une tournée. A l’heure où j’écris ces lignes, il est en hiatus. Le reverra-t-on un jour?

About the author

Musicophage invétéré vivant au rythme de riffs grisants et autres lignes de basses cataclysmiques. Spécialité: musique rock.

Related Posts

Facebook Comments

1 Comment

  1. L’ensemble {pire des années 80} s’intersecte avec l’ensemble {pire chansons australiennes} pour contenir INXS…


    Rory

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may also like

Back From Rio (de Roger McGuinn)

Comme l’a écrit Philippe Manoeuvre dans le deuxième