Allez hop, trois jours avant la sortie officielle voici ce qu’il faut savoir du nouvel album des Red Hot.

Après 5 ans d’absence le groupe californien marque son grand retour avec un album dans les papiers depuis 2009. Cette nouvelle galette revient à une formule traditionnelle en un CD contrairement aux deux disques que proposait Stadium Arcadium. La grande nouveauté/question est le remplacement du très apprécié guitariste John Frusciante qui a décidé de quitter le groupe pour travailler en solo pensant avoir fait le tour de la question. C’est Josh Klinghoffer, un ami musicien, qui prend sa place et devient donc le plus jeune membre du groupe avec ses 31 ans (presque la cinquantaine pour les autres). Les fans craignent donc de perdre en qualité niveau guitare et complicité avec le reste de la formation.

Mi-Juillet, a été dévoilé le premier single de l’album dont les extraits sont restés secrets jusqu’au dernier moment (mauvais signe ?). The Adventures of Rain Dance Maggie impose directement une petite ligne de basse mélodique signe de la bonne santé du Flea aux cheveux blancs. La guitare tarde à se faire vraiment entendre, c’est durant le refrain que ce petit son aigue atteint nos oreilles. Première constatation, les riff enflammés de Frusciante et super stylés ont disparus. Côté chant rien de très nouveau, le morceau passe agréablement bien mais ne surprend pas.

Finalement ce premier extrait donne une bonne image générale de I’m With You : rien de bien neuf et même un peu de moins ! La mise en bouche Monarchy Of Roses est une sorte d’accordement général avec la voix d’Anthony Kiedis retouchée d’une façon pas très agréable qui heureusement redevient rapidement normale. La basse reste au top niveau, pareil à la batterie de Chad Smith avec un tempo et des roulements sympas. Côté guitare c’est plus du rythmique, certains chercheront encore la petite touche de Frusciante qui faisait la différence.

Ce tout de même bon apéritif précède Factory of Faith qui fait encore l’honneur du bassiste Flea dans un morceau moyen dans le style habituel du groupe. Brendan’s Death Song est une chanson étonnamment mélancolique mais qui a malheureusement du mal à décoller, on entend de très discrets cœurs qui nous rappellent (une fois de plus) le manque de Frusciante ! Ethiopia est une des parties casse bonbons de l’album mais ce n’est pas nouveau, les Red Hot ont dans chaque album un truc pas comestible à base de saccades, heureusement le refrain sauve le truc.

Annie Wants A Baby se dote d’un excellent refrain mais les complets manquent de pèche. Look Around est dans le pur style Red Hot mais il n’y a pas de prise de risque/innovation. Il faut attendre la piste 8 pour une chanson qui envoie du steak: Did I Let You Know qui est une sorte de balade rapide avec une petite guitare sympa et un refrain complété par des cœurs enfin réussis. Il y a même un solo de saxo pour un son frais qui a toutes les qualités pour être le prochain single.

Goodbye Hooray enchaine dans un tempo rapide avec un refrain qui a des airs de Bon Jovi. Happiness Company ressemble a une chanson de pop/rock anglaise et on se rend compte que depuis 3 pistes, la basse bien mise en avant dans le mixage de Flea se fait plus discrète.

Police Station revient au calme avec un petit côté balade qui reste cependant loin des Scar Tissue, Under The Bridge ou plus récemment Desecretaion Smile. Even You, Brutus s’avère trop long et finir par se répéter. I’m With You se termine par une treizième (porte malheur ?) piste qui se veut être une balade trop lambda pour finir l’album.

INTERET

Un viellissemnt physique et muscial ?

Le retour des Red Hot Chili Peppers n’est donc pas vraiment à la hauteur de l’attente placée en eux. Certes le groupe n’a jamais vraiment cherché à faire évoluer son style musical depuis 20 ans mais cela finit par devenir presque banal. Le petit Josh Klinghoffer va devoir se faire une place dans le groupe et devant les fans car il subit la comparaison avec John Frusciante, pas de chance pour lui car c’est une partie de l’âme musicale des Red Hot qui est partie. Où sont les mélodies qui restent dans la tête ou les cœurs aiguës d’un Tell me Baby ? La guitare devient plus rythmique et tente parfois de se faire une place dans des solos confus. On aurait bien aimé une balade à l’acoustique mais rien de cela. Pour le reste, Flea est à l’honneur la première moitié de l’album avec des lignes de basses de grandes classes qui vont sans aucun doute donner en live. La dernière partie de I’m With You donne presque le sentiment d’avoir été bâclée. La galette s’avère faussement originale à l’image du clip de The Adventures of Rain Dance Maggie avec son concert sur un toit comme l’a fait U2 il y a plus dans les années 80 !!

Que peut-on attendre pour l’avenir ? Que le groupe essaye de faire clairement évoluer son identité même si le succès planétaire se contentera de moins. I’m With You n’est pas un mauvais album mais si on se passe ne serait-ce que Stadium Arcadium juste après, les amateurs risquent de faire la moue.

About the author

Fondateur de CTCQJ un poil cinéphile mais aussi rockeur du dimanche, historien déchu, astronome nul en maths et amateur de foot croate. Spécialité: cinéma.

Related Posts

Facebook Comments

6 Comments

  1. Je ne suis pas trop d’accord avec vous, l’album en general est une réussite, l’ensemble est plus compact et comporte certainement moins de chansons rébarbatives que Stadium Arcadium. La basse de flea est géniale, la performance de Chad Smith est exceptionnelle, la voix d’Anthony Kiedis toujours aussi juvénile, enfin, Josh, bien que ca ne soit pas notre regretté Johnny, a vraiment été influencé par ce dernier, et ca se ressent !

    Un très bon album très frais, nouveau de bons refrains génial.

    ps: sur « Did I let you know » ce ne sont pas des coeurs féminins que l’on entend mais bien la voix angélique de Josh

  2. Pour ce qui est de la basse, de la batterie est du chant on est a peu près d’accord, les Red Hot sont toujours très bons même si je trouve que tous les morceaux ne le font pas forcement ressentir. Stadium Arcadium (que j’apprécie particulierement) proposait certes quelques titres rébarbatifs sur le CD Mars mais a mon gout Jupiter est presque parfait, c’est tout ce que le groupe sait faire de mieux.

    Je peux comprendre que je tape un peu sur Josh mais il lui manque encore l’étincelle que donnait John. Peut être que ca viendra durant la tournée et qu’il aura évolué dans son jeu pour le prochain disque (je lui espère !).

    Et merci pour la précision, j’ai un peu honte sur le coup ! 😀

  3. Moi non plus je ne suis pas tellement d’accord avec vous. Tout d’abord, je pense que Stadium Arcadium est un album qui divise les fans, et en conséquence qu’il a façonné l’attente que ces derniers se faisaient de I’m With You. Pour ma part, je trouve Stadium Arcadium un peu raté -malgré quelques bons titres – (le groupe lui-même a admis qu’il y comportait trop de chansons de « remplissage »), et je suis content que leur dernier album s’écarte un peu du chemin précédemment emprunté. Cela dit, je comprends qu’un fan qui voit en Stadium Arcadium leur meilleur album soit déçu par le dernier opus.

    En ce qui concerne Josh Klinghoffer, je trouve qu’il se débrouille plutôt bien, inspiré par Frusciante -tant sur le jeu que sur le chant (très belle voix sur Did I let you know)- sans pour autant en être une copie conforme; d’autant plus qu’il a pas vraiment un rôle facile compte tenu des attentes qui pesaient sur lui. Et d’apres ce que j’ai vu en live, il a l’air de se debrouiller pas trop mal de ce côté là non plus.

    Je suis donc globalement content de cet album. Personnellement, j’aime beaucoup Monarchy of roses, Brendan’s death song, Did I let you know et Meet me at the corner :)

  4. Hey! c’est de la trompette sur « Did I let you know »! Pas du saxo! :)
    Et encore bien avant U2, le concert sur un toit dans un clip, les Beatles l’avait déjà fait.
    Sinon, pas mal l’article. Il ne me reste plus qu’à écouter l’album maintenant, pour me faire mon opinion. 😉

  5. Je ne savais pas que tu étais aussi connaisseur en cuivres 😀
    Merci pour ton commentaire, c’est un honneur :)

  6. Pingback: Retour sur une année de blog | CTCQJ !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may also like

Plus de sens (critique)

Depuis sa création en janvier 2011, ce blog