Détails sur le produitXavier est de retour avec ses excellentes chroniques pour ne rien rater et surtout tout savoir de la formidable Histoire du rock ! [00ced]

Lorsque les Smiths sortent Hatful of Hollow à la fin de l’année 1984, ils ont déjà publié un premier album sobrement intitulé The Smiths qui leur a valu de devenir la coqueluche des critiques et d’obtenir le soutien du public britannique. Il a surtout dévoilé le talent du chanteur et parolier Morrissey et du guitariste Johnny Marr, l’une des alliances les plus productives de l’histoire du rock que certains n’hésitent pas mettre sur un pied d’égalité au côté de Lennon-McCartney, Jagger-Richards. En attendant l’arrivée du deuxième album qui s’intitulera Meat is Murder et qui paraîtra début 1985, le groupe fait patienter ses fans par la publication de cette compilation que l’on aurait grand tort de considérer comme un vulgaire bouche-trou. On y trouve pêle-mêle des singles parus individuellement et ne figurant pas sur leur premier disque (William It Was Really Nothing, Heaven Knows I’m Miserable Now), des chansons enregistrées lors de sessions pour la BBC, des faces B de singles (How Soon Is Now) et l’on a au final en une heure de musique, un panorama très complet de la singularité de ce groupe authentique, au son reconnaissable entre mille. Les paroles de Morrissey oscillent généralement entre auto-dépréciation et dégoût de soi comme le fameux passage d’How Soon Is Now où il évoque sa « timidité criminellement vulgaire » tandis que Marr utilise ses guitares comme personne d’autre. En outre, les chansons tirées lors des passages du groupe à la BBC rendent pleinement justice à l’énergie que le groupe véhiculait contrairement à celles enregistrées pour leur premier album et qui laissait une impression de production à la va-vite.

[youtube_sc url= »https://www.youtube.com/watch?v=kyIOOzinM6o& » width= »420″ height= »315″]

En somme, si vous souhaitez découvrir l’univers très mélancolique des Smiths, Hatful of Hollow constitue une très bonne porte d’entrée avec tout naturellement leur chef-d’œuvre qui paraîtra en 1986, the Queen Is Dead, et dont je parlerai dans une autre chronique.

[youtube_sc url= »https://www.youtube.com/watch?v=pEq8DBxm0J4& » width= »420″ height= »315″]

About the author

Musicophage invétéré vivant au rythme de riffs grisants et autres lignes de basses cataclysmiques. Spécialité: musique rock.

Related Posts

Facebook Comments

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may also like

Back From Rio (de Roger McGuinn)

Comme l’a écrit Philippe Manoeuvre dans le deuxième