Note aux lecteurs : J’aurai voulu intituler cet article : « Du nouveau à Hawaï et sur le toit du monde », mais cela aurait été trop confus, alors tant pis, je vous gâche quelque peu la surprise et m’en excuse par avance. N’hésitez pas à cliquer sur les liens pour écouter l’article en musique !

Ça y est. L’heure est venue. Votre gourou adoré (!!!) m’a offert l’opportunité, que dis-je, l’immense honneur de m’accorder un droit de parole dans ce blog ! Je dois l’avouer, cela fait un petit moment qu’il me l’avait proposé, mais à la fois occupée et non inspirée, je n’avais osé franchir le pas et préférais lâchement lire attentivement tous les articles publiés que de me risquer à leur écriture ! Mais voilà chose faite désormais, puisque je vous parle, et j’en suis très heureuse… Quoi qu’il en soit, je ne peux commencer cet article sans adresser un grand merci à Ced !

Une fois l’enthousiasme quelque peu « passé » (enfin, tout est relatif, il ne m’a jamais vraiment quitté…), vint le douloureux choix du sujet… si si, c’est délicat, croyez-moi ! Et puis soudainement l’idée lumineuse (ou pas) m’est venue, grâce à un encourageant concours de circonstances : il se trouve que j’aime depuis plusieurs années un groupe et que ce dernier passe prochainement dans une salle de ma région. J’ai réservé mes places depuis un moment et me suis retrouvée il y a moins d’une semaine à discuter avec un ingénieur du son qui travaille dans la salle où ledit groupe doit passer. Cela m’a donc remis mes pensées au clair et donné un petit peu d’inspiration…

Ce groupe, c’est : « Girls In Hawaii ». Après trois ans d’une –trop- longue absence, ils reviennent avec un nouvel album cette année et des concerts à la clé. Retour sur ces nouvelles, longuement attendue par les fans… !

Mais… avant toute chose : les « Girls In Hawaii », kézako ?

Car oui, c’est un peu le B.A.-BA.

Donc comme leur nom ne l’indique pas -et n’en déplaise à vous messieurs- ce sont six mecs originaires de Belgique qui ne jouent non pas du ukulélé légèrement vêtus sur une plage (amis du cliché Bonjour !), mais nous offrent une pop-rock-folk mêlant passages calmes et dynamisme, de façon souvent… envoûtante.

Pour vulgariser la chose, le groupe a été formé à l’origine par deux potes, Antoine Wielemans et Lionel Vancauwenberghe, guitaristes/chanteurs, et rejoints rapidement par leurs frangins respectifs (Denis le batteur et Brice le guitariste) et d’autres musiciens (Daniel Offermann à la basse et Christophe Léonard au clavier). Je vous passe les détails, mais toujours est-il que le groupe, bien qu’ayant légèrement bougé dans son line-up, a sorti entre le début des années 2000 et aujourd’hui deux jolis albums, un EP, un DVD… auquel il faut bien évidemment ajouter leur dernier opus.

Si leur premier album, From Here To There, était très doux, enchaînant les cui-cui d’oiseaux et les paysages champêtres –il est d’ailleurs fort agréable de l’écouter dans sa voiture sur la route des vacances-, le second, Plan Your Escape, nous invitait au voyage de façon bien plus dynamique et électrique.

Seulement voilà ; en 2010, un événement tragique a failli signer l’arrêt du groupe pourtant en plein essor à cette époque : la mort du batteur, Denis, frère du chanteur Antoine, dans un accident de voiture. Je me souviens personnellement de ce jour et du moment où, sur la route du retour du lycée (eh oui, j’étais pas très grande !), j’ai appris la nouvelle. Ce sentiment de profond dégoût et de tristesse alors que l’on ne connaît pas personnellement la personne est vraiment détestable…

Quoi qu’il en soit, Girls In Hawaii ont entamé à partir de cette date une pause d’une durée qui était alors indéterminée. Et, pour notre plus grand bonheur, c’est aujourd’hui, en 2013, que leur grand retour a lieu… avec à la fois un nouvel album, mais également une tournée !

Mais revenons-en à nos moutons, au sujet principal qui m’a amené à écrire aujourd’hui cet article, à savoir : la sortie de leur nouvel album.

Détails sur le produitEverest, c’est son nom, marque un tournant dans leur carrière. Au-delà du son à proprement parler sur lequel je reviendrai tout à l’heure, et bien que leur « patte » soit encore bien remarquable, cet album est avant tout synonyme de renouveau, embarquant l’auditeur dans un monde encore inexploré jusque là par le groupe.

De la touchante Misses devenue single et en même temps hymne à Denis à la surprenante -mais non moins superbe- We Are The Living, chaque chanson nous embarque dans un nouvel univers.

Bien plus électronique et mieux réparti vocalement que les deux précédents opus, Everest sonne différemment, et bien, tout simplement. On agite volontiers la tête sur Rorscharch, on chante en chœur le refrain de Not Dead, et on exulte de ce retour sur le devant de la scène, dans tous les sens du terme. Ironiquement, les airs si déprimants (pour certains…) d’autrefois sont balayés et gagnent en profondeur, en puissance et en maturité, nous laissant un idiot et heureux sourire sur le visage.

Reste à voir ce que la cacahuète donnera en live, car l’on se souvient les trois nombreuses fois où les parties instrumentales si bien exécutées étaient ternies par un chant à la qualité médiocre. Mais qu’importe. On n’est pas là pour voir du Freddie Mercury, du Robert Plant ou du Roger Daltrey. Nous ce qu’on veut, c’est un groupe sympa, timide -mais pas trop- capable de nous transporter dans son univers : et c’est chose faite…

En guise de « bonus », une chanson que je ne vous présente plus tant elle est entrée dans la légende il y a fort longtemps d’un autre artiste que j’admire énormément, admirablement reprise par nos belges préférés…

[youtube_sc url= »http://www.youtube.com/watch?v=2SgKNTPg5eI& »]

Musicalement vôtre.
Alice.

About the author

Spécialité: musique rock.

Related Posts

Facebook Comments

4 Comments

  1. Jean Michel Morel

    Chère Alice, bien que vous soyez visiblement fan des simpson, je prends la peine de vous répondre.

    Merci beaucoup pour ce style léché dans votre article digne de celle de votre gourou adoré. D’ailleurs ce délire me parait assez étrange comment un monstre vert à 3 yeux peut être votre gourou, tout aussi sexy soit-il?
    Enfin passons je vous remercie chaleureusement pour cette belle découverte fort sympathique, et pas si connue que ça au delà de leur pâté de maison. Leur musique est agréable, sympathique. De plus ils rendent hommage au Jesus du rock, the Loner. Ils ont bien raison de montrer ce respect là les jeunots. Plus aucun respect de nos jours les jeunes, regardez les ouech ouech dans le bus. Je tiens à rappeler qu’il faut laisser les vieilles mémés s’asseoir, ça coûte pas cher, et puis de toute facon elles en ont plus pour longtemps.

    Dans un genre presque similaire connaissez vous belle demoiselle les beaux groupes « of monsters and men » et « edward sharpe and the magnetic zeros »?. C’est bath comme groupe

    Bises


    JMM

    1. Cher Mr Morel, bien que votre identité ne me semble pas inconnue, je prends le temps de vous répondre. Ma surprise de vous lire ici même dans de tels propos m’oblige à utiliser le plus fin des vocabulaires.

      Merci pour l’intérêt que vous portez à cette exceptionnelle plate forme culturelle que représente ce blog mais sachez qu’au delà de mes talents de gourou reconnus par le Rahel, je recrute ce qui se fait de mieux en terme d’esprit critique sur cette terre. Les trois rédacteurs ci-présents ont un talent tel qu’il me fait mal aux yeux, et ce, malgré les lunettes posées sur mes petites oreilles vertes.

      Au delà de l’ambiguïté de vos intentions dont l’acceptabilité est asymptotique à l’axe de la tolérance (mais cela ne m’étonne point de vous), il est tout à fait rafraichissant de sortir des sentiers battus du rock « à l’ancienne » que vous pourvoyez invariablement d’éloges flatteurs parfois, certes, à raison.

      Ne doutez pas que je garde au moins un des mes trois yeux sur vous !

      1. Jean Michel Morel

        Ecoutez mon cher, je n’ai jamais eu la chance de vous rencontrer, sur ma planète ou sur la votre.
        Faut-il prendre rendez vous?
        Il est vrai que tel une distribution.généralise une fonction, vous permettez d’élargir le spectre d’un opérateur auto adjoint compact, tel que la culture cinématographique et culturelle pour le plus grand nombre.
        Néanmoins je me permets de vous faire remarquer que mes éloges s’adressaient principalement à Alice. Ne tentez pas de vous les approprier tel un vulgaire voleur, tel Napoléon. Je les réitère donc : Bravo Alice!

        Chère Alice je vous suggère également de vous replonger dans le beau supertramp, album éponyme. Le rock que le monstre à 3 yeux appelle « à l’ancienne » est éternel, n’en déplaise aux fans de groupes overrated, commerciaux et sans originalité tel rem

        Probabilistiquement votre


        JMM

  2. Bonjour JMM, et veuillez m’excuser pour le retard de ma réponse :)
    Merci beaucoup pour vos commentaires, j’en prends note ! Pour ce qui est des questions que vous m’avez posées/suggestions que vous m’avez faites :
    Tout d’abord, sachez qu’un Gourou ne se choisi pas, il vient à vous. Mais effectivement, c’est sans aucun doute ses trois yeux et sa jolie teinte verte qui ont dû me faire craquer… on ne se refait pas, que voulez-vous !
    Passionnée par la Scandinavie et ayant récemment effectué un voyage en Islande, il va de soit que je connais (et apprécie beaucoup !) le groupe Of Monsters And Men, tout particulièrement leur léger mais non moins fort joli album « My Head Is An Animal ». Peut-être l’objet d’une future review lorsque j’aurai le temps… ?! Pour ce qui est d’Edward Sharpe, en revanche, il me faudra me pencher sur le sujet car je ne connais même pas de nom… ! :o)
    Ensuite, Supertramp. C’est une bonne idée que de s’y replonger ; récemment, je m’étais délectée de lives vulgairement trouvés sur youtube où Roger Hodgson reprenait à merveille les tubes de sa jeunesse, seul, au piano et à la voix : magnifique !! Et voilà, rien que d’en parler, j’ai à nouveau cette envie soudaine de l’écouter… !
    Enfin, ignorant votre identité (peut-être vous ai-je déjà croisé sur un forum ?), j’ignore également à quel degré d’ironie doit se lire votre dernière phrase (être vous amateur des Mouvements Rapides des Yeux, ou est-ce seulement une « pique » à notre monstre vert favori ? =P ), cependant, ne vous en déplaise, je dois vous avouer quelque chose : si je fais aujourd’hui partie de la bande de notre gourou vert adoré, c’est qu’initialement je vouais un culte tout aussi exacerbé à Michael Stipe et sa bande. D’ailleurs, si vous regardez plus attentivement mon pseudonyme… 😉 😉
    Et diable ! Que dis-je ?! « Vouais » ? Je voue toujours, un groupe comme ça, ça ne s’oublie pas… ! Et tant pis pour le côté commercial de certains morceaux. La musique nous touche, et on ne la choisie pas en fonction de sa côte de popularité.. enfin, c’est ma vision des choses, même si j’en connais plusieurs de ce monde qui ne seraient pas d’accord (c’est ça d’avoir des fréquentations « underground »… à mes risques et périls ahah !)
    Quoi qu’il en soit, encore merci pour vos messages, et ç très bientôt j’espère.
    Musicalement
    Alice.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may also like

Retour sur… Worship (d’A Place To Bury Strangers)

C’est dans le hasard le plus total –alors