Camarades lecteurs, je vous salue.
Vous souvenez-vous de notre dernière rencontre ? Je vous avais montré à quel point il était instructif et agréable de shooter du mexicain en l’an 1870, dans les nobles contrées du far west (voyez ICI). Cela ne vous a pas suffit ? Vous espériez un flot de sang plus abondant ? Un océan dites-vous ?! Eh bien, j’ai ce qu’il vous faut, sous réserve que vous ayez de l’imagination…

Sur PC

Eh oui mesdames et messieurs, à l’heure de la mondialisation, il est temps de voir les choses en grand ! Grâce à Defcon et à la fission de l’atome, c’est désormais chose possible.
Defcon est un jeu de stratégie en temps réel, réalisé par Introvision software, les mêmes qui ont réalisé Darwinia. Je suis fan de ce studio de génie. Vous prenez ici part à un conflit à l’échelle planétaire, où les continents vont s’affronter à coup de missiles intercontinentaux, ou plutôt, s’exterminer.
Autant vous prévenir tout de suite : coté graphique, on est loin d’un Battlefield 3. La partie se déroule entièrement sur une mappemonde. Mais le look est tout de même là : avec ses couleurs fluos et froides, sa bande son de bruits de couloirs et d’échos, et ses bruitages d’alarmes de fin du monde, on a vraiment la sensation d’être un général de l’apocalypse dans un bunker au fin fond du désert de l’Arizona, à 150 mètres de profondeur.

La partie est découpée en 5 phases, appelées, comme dans la réalité, les DEFCON (défense continentale), et représente l’escalade du monde vers le conflit global. Nous allons découvrir le jeu au travers de cet axe. Avant la partie, vous choisissez un continent parmi les 6 proposés : Europe, Amérique du nord, du sud, Afrique, Asie et quelque chose qui ressemble à l’URSS. Ce continent abrite 100 millions d’habitants, qu’il va falloir défendre comme on peut.

Ensuite la partie débute à Defcon 5. A ce stade vous allez placer vos radars afin de voir les unités et missiles ennemis approcher. Vous allez également placer sur votre territoire des bases aériennes pour votre défense, et surtout, les fameux silos nucléaires. Au petit nombre de 6, ils auront la lourde tache d’anti-missiles face aux bombes ennemies, et évidemment de lanceurs de têtes contre ceux-ci. Attention, ils feront alternativement soit l’un soit l’autre, mais pas les deux en même temps… Vous allez placer vos flottes sur les océans, composées de croiseurs, de sous-marins et de porte-avions. Vous pouvez leur ordonner de se déplacer vers votre futur ennemi, mais vous ne pouvez pas encore lancer d’avions de reconnaissance ou de bombe.

Puis le compteur s’écoule et c’est Defcon 4. Et concrètement, il ne s’y passe rien de plus, à part que vous allez commencer à croiser les flottes ennemies, et vous regarder sans pouvoir vous faire de mal…
Et enfin on passe à Defcon 3. Là, le contact musclé s’établit. Les flottes vont commencer à se tirer dessus, à vous de faire intervenir vos bombardiers, vos chasseurs et vos sous-marins en votre faveur. Il faut détruire l’ennemi tout en limitant ses pertes parce que vous aurez besoin de vos bâtiments plus tard… Les frappes stratégiques ne sont toujours pas autorisées, arf.
Defcon 2. Les règles sont exactement les mêmes qu’à la phase précédente, mais généralement à ce moment là, soit vous avez triomphez sur les océans, soit vous n’avez plus rien qui flotte, et vous attendez anxieux, le regard rivé sur vos radars côtiers. Admettons que vous êtes victorieux, et qu’il vous reste 2/3 navires, vous vous dirigez tout droit vers le continent ennemi, et commencer à lancer au suicide des avions de reconnaissance à l’intérieur des terres. Ceux-ci vont vous fournir des informations capitales pour aborder avec tranquillité.
…DEFCON 1. Eh ouais, c’est le jour du jugement dernier, Skynet va vous la mettre profond. Les tirs stratégiques sont autorisés, j’espère que vous êtes à l’aise.

Toute la tension se libère… Ou presque. Vous vous souvenez ? Les silos ne peuvent pas défendre votre territoire ou attaquer en même temps. De plus, quand ceux-ci passent en mode ICBM (intercontinental ballistic missile, ce jeu fait votre culture), la position des silos est signalée sur la carte, et deviennent des cibles sans défense… Toute la question est alors là : qui va tirer le premier ??? Grâce à votre flotte, avec vos bombardiers et vos sous-marins restants, il sera alors primordial d’ouvrir le bal et de commencer à amocher les infrastructures ennemies si vous voulez écraser l’autre sous vos frappes, le moment propice venu.
Mais tout cela, dans quel but ? Pourquoi tant de haine ?? Pour les points pardi ! Eh oui, le but du jeu est d’éradiquer la population adverse en rasant ses villes, et non pas ses infrastructures, qui ne sont que des moyens de mieux arriver à vos fins. A chaque fois que vous évaporez un millions d’habitants, vous marquez 2 points, et quand l’adversaire vous inflige la même chose, vous perdez un point. Du coup, il faut agresser un maximum tout en défendant un minimum !!! Tout cela avant la fin de Defcon 1, ou les points sont comptabilisés, et le « vainqueur » désigné. Car en effet, difficile de se sentir vainqueur quand on à perdu 75% de sa population. Cela donne au jeu un aspect tout à fait déprimant très sympathique.

Vous avez la possibilité de faire des parties contre l’IA, qui n’est pas trop pas à la traine, bien que assez prévisible quant au moment où elle va déclencher son tir de missiles. Malgré tout, elle fait office de bon entrainement, et la victoire n’est pas assurée à chaque fois…
Le jeu est avant tout pensé pour le multijoueur. Un nouvel aspect apparait, et pas des moindres… Les alliances !!! Vous pouvez proposer des alliances en début de partie, chose vivement recommandé dans ce monde de brute. Cela vous permettra d’assurer un minimum vos arrières, et de voir les infrastructures d’un joueur… Pour pouvoir mieux le trahir ensuite. Et l’exterminer. Et en retirer tout les points qui vont avec. BON OK, en fait le système d’alliance est très pratique, car il encourage la fourberie dans sa plus pure expression, et permet des retournements de situations assez exceptionnels. Un choix de la part des développeurs tout à fait brillantissime, qui assure de ne jamais pouvoir faire une partie en étant « safe ».

Et voilà, vous êtes prêt à commettre un génocide global, félicitations. Defcon est un petit jeu indépendant qui mérite le détour, de par son originalité et son gameplay violent. La prise en main est facile, la configuration requise est ridicule, les mods pour changer de carte et d’unités sont nombreux et facile à installer, et le prix, s’il est de 10€, tombe à 2,50€ à toutes les soldes Steam. EN PLUS, les développeurs ont placé un mode de jeu « bureau », afin de pouvoir jouer en fenêtré et de faire disparaitre le jeu de l’écran en appuyant 2 fois sur échap. Histoire que votre patron ne découvre pas que vous êtes un branlot. Bref, vous n’avez aucune excuse, je vous attends sur les serveurs camarades.

Sexuellement votre,
Kamaradniet.

PS :

(De la part de l’Empereur).

About the author

Spécialité: jeux vidéo indépendants.

Related Posts

Facebook Comments

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may also like

Viens dire « YIHAAA ! » sur Call of Juarez : Bound in Blood

Fidèles sujets, Bonsoir. La dernière fois je vous