C’est reparti avec un bon vieux billet ciné. Le retour de vacances m’a emmené voir Super 8, film resté très longtemps mystérieux avec Spielberg à la production. Cet été étant en manque de blockbusters originaux et rafraîchissants (rappelez vous de The Town et Inception l’année dernière), une certaine attente se place derrière ce revival des années 1970. Première production apparentière de J.J. Abrams après Mission Impossible 3 ou Star Trek, Super 8 a donc la charge de nous rappeler les bons vieux succès de l’ami Steven.

SCENARIO : Nuit, Lumières, Goonies, E.T.

Nous sommes en 1979 dans une petite ville ouvrière des Etats Unis où une bande de copains de 12, 13 ans a pour projet de tourner un film de zombies en Super 8. Mais lors d’un tournage de nuit dans une vielle gare, un énorme train se met à dérailler dans une violence exceptionnelle. Pas de chance car la cargaison ne semble pas trop aimer les humains et l’armée garde le secret sur l’identité de la chose évadée (encore un truc sorti de la zone 51, hein)…

A la frontière de la science fiction, du fantastique, du thriller et du film d’angoisse, Super 8 se démarque par sa variété. On retrouve tout ce qui a fait le succès des E.T. ou Rencontre du Troisième Type tout cela mis à une sauce plus actuelle. La construction du film est très proche de ce qu’on pouvait voir à l’époque tout comme le déroulement de l’intrigue un peu (trop ?) lente. On suit l’histoire au travers de la petite bande qui rappelle immédiatement les Goonies et nous ramène un peu en enfance sans rendre le résultat niais et bébête. Au contraire, les portes de l’imagination s’ouvrent à nous.

Les quelques scènes d’action rappellent facilement La Guerre des Mondes (2004).

CASTING/PERSONNAGES : Rencontre de nouveaux types

Kyle Chandler vaut bien plus qu’une crêpe

On découvre une brochette d’acteurs talentueux. La bande de gamins est tout à fait rafraîchissante avec en prime Elle Fanning, la

petite de Somewhere qui a tout pour devenir une future star.

Pas de vedette donc, ce qui met tout le monde sur le même pied d’égalité et nous pousse à découvrir un peu plus la personnalité de chacun des personnages. J’ai particulierement apprécier Kyle Chandler dans le rôle du père qui doit difficilement assurer son rôle de père veuf et de shérif d’une ville au bord de l’implosion.

MISE EN SCENE : Maitre Spielberg et Padawan Abrams

Autre point crucial dans la réussite de ce Super 8. Ce qui faisait le charme des ces films ayant marqués toute une génération est en grande partie le résultat de la mise en scène. On sent tout de suite la patte Spielberg qui joue sur les couleurs et donne un résultat délicieusement retro lors des scènes de nuits. Le monstre échappé est une pure réussite, on se demande comment après tant d’années il est toujours possible d’être surpris et stupéfait par ces extraterrestres en polygones (tout le contraire de la nullité/banalité des aliens de Battle Los Angeles par exemple). Pour garder une partie de mystère on ne voit cependant la bête que peu de fois la nuit et non en cache misère comme il était possible de le sentir dans Monsters (mais ce ne sont pas les mêmes moyens évidemment).

BANDE SON : Ma, Ma, Ma, My

1979 oblige, les sons rock de l’époque apparaissent le long du film à l’image de My Sharona des Knack. Cependant, l’ambiance est surtout marquée par la qualité des bruitages en parfaite équation avec ce que veut nous montrer et faire ressentir le réalisateur.

INTERET

J.J. Abrams sort avec brio de ce film bourré de nostalgie sous les ordres du maitre Spielberg. Un beau film réalisé avec passion due en partie au côté autobiographique du sujet (Abrams et Spielberg faisaient des films en Super 8 durant leur adolescence). Même si la recette est finalement déjà vu, on est satisfait de voir qu’une adaptation est possible de nos jours. Enfin, big up pour le film de zombie en super 8 diffusé durant le générique de fin 😉

Découvrez l’avis de Fan de Ciné !


About the author

Fondateur de CTCQJ un poil cinéphile mais aussi rockeur du dimanche, historien déchu, astronome nul en maths et amateur de foot croate. Spécialité: cinéma.

Related Posts

Facebook Comments

3 Comments

  1. Pingback: Super 8 | Le Blog d'un Cinephile

  2. J’ai bien aimé le film bien qu’il ne soit pas aussi grandiose que ses grands classique, par contre j’aime beaucoup le choix des acteurs, que je trouve judicieux.

    Ce que je trouvais un peu plat c’est le scénario, mais dans l’ensemble j’apprécie regarder le film car il y a un travail émotionnel et une intrigue bien présente.

  3. Pingback: La Sortie DVD Début Décembre | Le Blog d'un Cinephile

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may also like

Plus de sens (critique)

Depuis sa création en janvier 2011, ce blog