Depuis sa création en janvier 2011, ce blog m’aura appris beaucoup de choses. Déjà, c’est grâce à la rédaction de centaines d’articles que j’ai pu améliorer mon écriture pour être aujourd’hui à l’aise le stylo (ou le clavier) à la main tout en développant une capacité d’analyse et de réflexion plus que nécessaire notamment pour les études, un temps fastidieuses, que j’aie entreprises. Ma passion pour le cinéma est intacte, si ce n’est toujours plus forte car la soif de découverte, de décorticage et de compréhension est une frénésie qui ne se guérie jamais. Néanmoins il arrive un moment où la flamme de la passion ne fait pas tout. Écrire sur un blog perso aujourd’hui reste un plaisir solitaire puisque l’audience est plus que jamais trusté par les grands sites drainant un important nombre de partages ou de commentaires. Être un artisan du web ne paie pas (au sens du trafic) ou que rarement car même si on fait cela pour soi, le but est aussi d’être lu ! Bien sûr, il y a quelques habitués qui se reconnaitront parmi les lecteurs de CTCQJ mais j’arrive à un point où le ratio temps consacré / satisfaction reçue n’est plus si intéressant : je maitrise désormais les rouages de WordPress notamment.

Après quelques réflexions, car ce blog est aussi une part aussi infime soit-elle de mon existence, j’ai décidé de mettre un terme à son activité pour pouvoir me consacrer à d’autres choses sans pour autant cesser de parler cinoche. Ainsi, tous les articles de ce site (signés par mon humble personne en tout cas) ainsi que de nouveaux avis seront lisibles sur Sens Critique, la référence des cinéphiles 2.0 où chacun peut assouvir sa névrose en classant, notant, compilant,… aussi bien des films que de la zic ou des jeux vidéo. Son fonctionnement basé plus que jamais sur la recommandation dépasse de loin les capacités d’un petit blog alors que nous sommes plus interconnectés que jamais.

CTCQJ restera en ligne, au moins pour une nouvelle année, pour se rappeler de cette petite aventure personnelle. Bien sûr, je remercie ceux qui ont été là depuis le début pour me tenir la main jusque dans les salles obscures ou pour philosopher sur la grandeur de Tom Cruise. Et puis forcément, big up à ces amis de l’Internet, habités aussi par l’artisanat du numérique et dont la passion (glorieuse et raisonnée) dégouline par tous les pores. Xavier pour sa connaissance inouïe de la culture rock, il pourrait écrire des encyclopédies ou des bouquins sur ce qu’a dit Michael Stipe à Bono en 1994 entre deux pintes de bières ou parler de la moindre guitare planquée dans un morceau secret de Bruce Spingsteen. Yvain des Services Secrets de Sa Majesté, citoyen du monde et adepte entre autres de séries, chose qui me répugnait encore en 2011 jusqu’au moment où David Fincher invoqua Maitre Spacey dans House of Cards. Enfin, big up aussi à Pierre, Alice et quelques contributeurs passés par ici comme l’incollable Vivien.

Tout ca pour dire que vous avez intérêt à venir sur Sens Critique même si les chroniques y sont moins longues. On aura l’avantage de pouvoir s’engueuler sur le 7 de Batman v Superman ou mon aversion pour Paul Thomas Anderson.

A bons entendeurs et pour les deux personnes qui auront lu cet ultime article,

 

About the author

Fondateur de CTCQJ un poil cinéphile mais aussi rockeur du dimanche, historien déchu, astronome nul en maths et amateur de foot croate. Spécialité: cinéma.

Related Posts

Facebook Comments

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may also like

Critiques express : les sorties d’aout 2016

 A lire aussi, le gros plan sur le